Vite dit

Concours
 C’est un gruyère suisse AOP qui a remporté le titre suprême lors des World Cheese Awards, qui se sont tenus à Newport, au Pays de Galles, le 2 novembre. Le gruyère surchoix de la fromagerie villageoise Vorderfultigen, située en Suisse alémanique, affiné par Gourmino, a devancé 4 433 fromages en provenance de 42 pays. Plus de 250 jurés ont été mobilisés.

Initiatives
 La fromagerie Paul Dischamp a acquis, au printemps, la Fromagerie de la Core, fabricant à Bethmale (Ariège). « Nous avons le même ADN familial, avec des fromages ancrés sur leur territoire et le souci de la qualité, explique François Dischamp, directeur marketing et export. Nous produisons du saint-nectaire à Saint-Nectaire et l’atelier de la Core du bethmale à Bethmale. » La fromagerie ariégeoise fabrique 500 tonnes par an à l’aide d’une vingtaine de salariés.

 La fromagerie Fréval va changer de mains au 1er janvier : Jean-Claude Fréval, qui fabrique des spécialités au lait de chèvre en Touraine, à Betz le Château, a transmis l’atelier à Sébastien Dubosc, patron d’Amaltop, qui propose les tartinades SoChèvre. Le site transforme actuellement 350 000 litres par an.

 La fromagerie Juraflore a inauguré en octobre une nouvelle cave voutée au sein du Fort des Rousses (Haut Jura), sa 37e, baptisée Origines, pouvant accueillir 36 000 meules. La capacité d’affinage totale du site est désormais de 190 000.

quote
Pérail, IGP en vue
Après avoir échoué à conquérir une AOP en 2019, le pérail est en bonne voie pour décrocher une IGP. Le Comité national des indications géographiques protégées, labels rouges et spécialités traditionnelles garanties de l’Inao a validé, le 6 octobre, le dossier. Doivent suivre désormais une procédure d’opposition nationale puis l’avalisation du projet par les autorités européennes. Le petit fromage de brebis des Causses pourrait ainsi décrocher le label courant 2024. Il ne pourra être fabriqué qu’au lait de brebis, cru ou traité thermiquement, selon une technologie à dominante lactique ou présure, et devra être affiné au minimum 7 jours. La zone retenue couvre la majeure partie de l’Aveyron ainsi qu’une partie des départements du Gard, de l’Hérault, de la Lozère et du Tarn. Sont concernés 1 000 éleveurs de brebis et 14 fromageries. 1 150 tonnes de pérail sont fabriquées par an. n
quote

Faune sauvage
 Une opération d’abattage de 75 bouquetins, espèce protégée, a été lancée par la préfecture dans le massif du Bargy, en Haute-Savoie, mi-octobre. Soit 20% des bouquetins de ce massif. Motif : une partie d’entre eux (de l’ordre de 4% à 5%) sont contaminés par Brucella et risquent de transmettre la brucellose à des vaches laitières qui pâturent dans les alpages pour la filière reblochon. En janvier, un troupeau laitier avait ainsi été testé positif à la brucellose. La maladie peut se transmettre à l’homme.

 Outre la sécheresse, la filière saint-nectaire a souffert, cet été, de la prolifération de campagnols terrestres dans les prairies d’une trentaine de communes du Cantal et du Puy-De-Dôme. Conséquences : des récoltes de fourrage en baisse et une demande de dérogation à l’Inao faute de pouvoir assurer les pourcentages minimaux d’autonomie alimentaire requis. Le campagnol se nourrit des racines des végétaux.

quote
Le Nutri-Score va être plus clément pour l’emmental
Contesté par plusieurs filières agro-alimentaires, le Nutri-Score va faire évaluer ses critères (lire également l’interview du Pr Lecerf, page 21). Son algorithme devrait être révisé d’ici à la fin de l’année. La décision a été prise par les sept pays qui l’ont mis en œuvre à la suite du rapport d’un comité scientifique international, adopté fin juillet.
Les « fromages à pâte dure avec des quantités limitées de sel », type emmental, devraient ainsi pouvoir atteindre la note C. En revanche, les produits laitiers sucrés, généralement classés B devraient passer en C. Les huiles d’olive, de noix et de colza devraient, elles, monter de C à B et certains poissons gras de B à A. n
quote

Signe d’origine
 Le juge des référés du tribunal administratif de Caen a donné raison, début octobre, à trois usines Lactalis produisant du camembert “fabriqué en Normandie” sous les marques Président, Le Châtelain et Cœur de Normandie : celles-ci demandaient des délais plus longs pour mettre en œuvre l’injonction de la Répression des fraudes leur demandant de changer leurs étiquettes sous six mois à la suite de l’interdiction de la mention “Fabriqué en Normandie” sur des camemberts non AOP (cf PF n° 103). Les trois marques vont ainsi pouvoir continuer à utiliser l’écusson de Normandie et la mention « Fabriqué en Normandie » jusqu’au réexamen de l’affaire sur le fond, sous dix-huit mois à deux ans. Rappelons que le Conseil d’Etat, dans un arrêt sur le fond du 23 juillet dernier, a confirmé l’interdiction de la mention “Fabriqué en Normandie”.

En kiosque
 Fromage est le nom d’un nouveau magazine grand public, trimestriel, lancé en kiosque, à la mise en page soignée et créative. Au sommaire du n°1, un portrait de François Robin, un voyage dans le Cantal, des conseils de découpe, des recettes… Ce trimestriel mettra à l’honneur à chaque édition un pays, un produit de saison, des recettes, des accords fromages/alcools et autres mets, et des trajectoires.

 Les fromagères sont à l’honneur du n°1 de Culs de Poule, « le média des bonnes femmes et de la bonne bouffe ». Ce semestriel de 196 pages, sans publicité, a interrogé 50 fromagères sur 40 sujets pour faire découvrir la profession et de nombreux produits à consommer.