Vincent Philippe, le plus encyclopédique

V

ainqueur de la Coupe de France des fromagers en 2021, Vincent Philippe participait à sa seconde finale de MOF. « Mon plaisir et ma satisfaction, dit-il, ont été de préparer cette œuvre magistrale pas seulement du point de vue esthétique, mais aussi en lui donnant du sens et en acceptant la complexité. J’ai ainsi choisi de réaliser quatre œuvres, parcourant les siècles. »

Le voyage commence en 1452 avec Leonardo de Vinci et son Homme de Vitruve. « L’idée était de montrer que les crémiers-fromagers et producteurs de fromages doivent, à mon sens, mettre en œuvre tous les talents possibles, comme l’artiste italien, touche à tout, à la fois chercheur et artiste » Avec La Laitière, peinture à l’huile sur toile réalisée vers 1658 par Vermeer, il a voulu « mettre à l’honneur les femmes et inscrire les fromages dans la vie quotidienne. »

Le Mondrian nous amène sur la fin du XIXe siècle, « avec la mise en place de l’industrialisation dans les fromageries et les laiteries et le travail en série. » Le fromager breton a coloré des pâtes fromagères (base double-crème) pour le réaliser : « j’ai travaillé avec des colorants naturels très utilisés en pâtisserie (tomate, cendre, curry…) et beaucoup d’épices.Je me suis servis aussi d’un fromage breton, la Tomme au gros chêne au lait de pie noire, que je travaille beaucoup. J’avais vraiment envie d’honorer un fromage de mon terroir dans cette œuvre-là. »

Le dernier tableau, inspiré de Warhol, évoque l’époque actuelle, celle des réseaux et de la communication, avec des tubes de gouache métamorphosés en tubes à fromages. « Comme dans nos boutiques, cette œuvre évoque un travail où les gestes se répètent au quotidien. » ◼

Retour au sommaire du PF 104